L’efficience modulaire

Publié en ligne: 
14 Août 2012

Chaque personne impliquée dans le secteur de l’habitation usinée est au courant de l'efficience du processus de la construction en usine. Une étude menée récemment par des chercheurs à l’Université de l’Alberta montre qu’on a raison.

Quand la Fondation Sturgeon (un organisme de logements pour ainés à but non lucratif en Alberta) devait ajouter à son inventaire d’habitation à St. Albert, elle a tourné vers Integrated Management & Realty Ltd. (IMR) d'Edmonton pour l'assistance professionnelle. Gordon White, le président d'IMR, a proposé la construction modulaire. Cette approche permettrait au groupe de concevoir, planifier, construire et finalement livrer les clés d’un complètement nouveau complexe d'habitation pour personnes âgées dans un délai beaucoup plus court que serait possible avec la construction sur place. 

Le projet produit était un succès écrasant. Quarante modules ont été construits en usine à Barrhead (Alberta) et transportés au terrain à St. Albert. La Fondation Sturgeon a reçu un permis d'occupation pour leur complexe de 4 étages et 48 suites dans 7,5 mois.

 « Le long de la voie, nous nous sommes demandé si vraiment la méthode de construction modulaire a eu un sens du point de vue d’émissions CO2, » dit M. White. « Nous croyions que c’était le cas, mais nous avons voulu être certains. Nous avons chargé Dr Mohamed Al-Hussein de faire une étude à l'Université d'Alberta. » Cette étude a comparé les émissions de dioxyde de carbone en utilisant soit la construction en usine, soit la construction sur place.

 « Les facteurs que nous avons considérés », dit Dr Al-Hussein, « ont inclus le type d'habitation, les différentes sortes de véhicule utilisé pour les livraisons de matériaux, les trajets d'équipe, l'utilisation d'équipement et le chauffage d'hiver. Le CO2 provenant de l'énergie intrinsèque (relative aux matériaux de construction) n'a pas été pris en considération. Les avantages de construction en usine tels que la minimisation de gaspillage de matériaux, la sécurité, la qualité et l’établissement des horaires ont été pris en considération aussi ».

L'étude a conclu que la construction en usine a pour résultat les économies de temps de 55,0 % et une réduction de 43,0 % des émissions CO2 par rapport à la construction sur place. La construction sur place aurait pris 14,3 mois et aurait créé 98,9 t d'émissions CO2 tandis que la construction en usine a pris seulement 6,3 mois et a produit juste 56,3 t de CO2.

 « Nous avions raison », se termine M. White. « La construction en usine n’est pas seulement plus efficiente, mais elle réduit aussi de façon significative l'empreinte carbonique du processus de construction. Cette approche a réussi si bien que nous avons déjà commencé la construction d’un ensemble de logements modulaire de 125 unités à Fort McMurray en coopération avec et conformément à la direction de notre client, Wood Buffalo Housing & Development Corp. C'est de bonnes nouvelles de tous points de vue. »

Brian Stecyk est un MHC® (conseiller en maisons préfabriquées) inscrit et le président de Rose Country Advertising & Public Relations, une société de commercialisation et communications basée à Edmonton ( Alberta).