Gens de l'industrie – Richard Briginshaw

Publié en ligne: 
2 Novembre 2015

par Bernie Desjardins

Richard Briginshaw a été concepteur dans l’industrie de la construction depuis les 35 dernières années. Il est le principal architecte chez Richard Briginshaw Architecte et il coordonne le programme d’architecture verte au Collège Algonquin, où il enseignait l’architecture depuis 2008. En reconnaissance de ses contributions à la conception architecturale et de l’éducation, desorganisations telles que la Société canadienne d’hypothèques et de logement, l’Université du Texas et le Collège Algonquin ont honoré Richard avec de nombreux prix prestigieux au cours des dernières années. Richard soutient l’utilisation de nouvelles technologies dans la conception et la production de bâtiments pour les rendre plus écologiques par rapport à ceux du passé. Mais plus que cela, il fait des efforts pour le réaliser.

Quand Richard Briginshaw est devenu impliqué dans la conception des bâtiments, il a développé un intérêt particulier dans la construction préfabriquée. Il a été attiré par les gains d’efficacité offerts par la construction en usine et il a vu un énorme potentiel pour faciliter la personnalisation et rationalisation des processus de construction dans un environnement d’usine.

Richard apprécie plus que jamais l’assurance et le contrôle de la qualité qui garantissent le produit supérieur de la construction en usine. « Il est plus facile de produire un bon pare-air dans des conditions contrôlées, » dit-il, ajoutant que « le travail est plus sécuritaire et plus confortable, et l’éclairage est mieux ; des avantages tels que ceux-ci vous permettent de construire une meilleure enveloppe. »

Richard dit que « l’attention précise aux détails offerte parla construction à l’intérieur est le meilleur moyen d’assurer l’uniformité de l’enveloppe thermique. » Ceci est primordial lors de la conception et la construction de bâtiments éconergétiques, dit-il, soulignant que même au Canada, un système de chauffage qu’avec une capacité minimale est requis pour les bâtiments qui sont très isolés et étanches à l’air. Une conception récente pour une maison nette zéro avait de petits radiateurs électriques qui fonctionnent en utilisant des panneaux photovoltaïques.

Au-delà des possibilités de réduire la consommation énergétique d’une maison, Richard aime le fait que, grâce à la commande des processus, il y a peu ou pas de gaspillage de matériaux lors de la construction à l’intérieur : « chaque coupe est planifiée, » dit-il. Il aime également que la construction préfabriquée minimise considérablement les perturbations au terrain à bâtir. Il note que le ruissellement de sédiments est potentiellement dangereux pour l’environnement. Cela peut être causé par des véhicules transportant les matériaux et les travailleurs pendant la construction d’une maison sur place sur une longue période. La perturbation de la zone autour d’une maison construite sur place pendant la construction peut causer le sol d’être emporté par les précipitations dans le bassin hydrologique environnant. Les bâtiments préfabriqués sont livrés sur le terrain à bâtir dans un état de quasi achèvement; il y a donc peu de problèmes aux alentours.  

Alors, pourquoi tout le monde ne construit-il pas de cette façon? « Il y a un besoin d’éducation sur les nouvelles méthodes, » dit Richard. L’accroissement de la population, surtout dans les villes, met la pression sur l’industrie pour fournir efficacement des logements de haute qualité qui sont néanmoins abordables. « Au bout du compte, les constructeurs doivent être amenés à bord. »

« Il y a une certaine résistance aux changements au sein de l’industrie de la construction, » explique Richard, « et la conversion de la construction sur place à la construction en usine pourrait être problématique pour certains constructeurs. Nous devons travailler à augmenter la préfabrication de bâtiments en commençant par la préfabrication de certaines pièces tout en poursuivant la construction sur place. » Il fait remarquer que les constructeurs sur place « préfabriquent » déjà, d’une certaine façon. Ils assemblent les murs à ossature d’une maison construite sur place avant de les tenir debout et les clouer ensemble, par exemple, et les fermes arrivent sur le site déjà assemblé. Il y a beaucoup de potentiel, de l’avis de Richard, pour l’utilisation de composants préfabriqués dans tous les types de bâtiments. « La répétition est le nom du jeu. Dès la mise en place des processus, ils peuvent être réutilisés, mais modifiés. Le défi du concepteur est d’assembler des composants préfabriqués par des moyens novateurs, à des fins commerciales, de détail, de bureau, etc. »

Les travaux du professeur Briginshaw dans le programme de l’architecture verte au Collège Algonquin a produit des résultats impressionnants. Dans les dernières années, ses élèves ont participé à des initiatives de conception durable comme les concours Home Sweet Home Student Challenge, Ottawa Eco-Logical Student Competition Green Building, et US Solar Decathlon. « La perception du public peut être influencé, » dit Richard, et ses efforts pour sensibiliser le public quant à la nécessité de concevoir un produit écodurable sont en train de réussir. En 2015, les élèves du Collège Algonquin ont travaillé avec l’organisation Abbeyfield Canada pour développer une conception pour un prototype modulaire pour le logement des personnes âgées qui peut être construit partout au Canada. Ils ont travaillé avec le Musée de l’aviation et de l’espace pour concevoir un bâtiment intercalaire et modulaire qui serait utilisé comme une salle de classe et un espace de formation pour les étudiants dans le programme de formation technique de l’aviation du Collège Algonquin. Ils ont également conçu une maison pour Race to Zero, une concurrence de conception des maisons à consommation énergétique nette zéro.

Richard Briginshaw et ses élèves mettent les théories du développement durable en pratique par la conception et la préfabrication de bâtiments respectueux de l’environnement. Permettez-moi de vous présenter la prochaine génération dans l’industrie de la construction au Canada.